Lien vers le jeu par navigateur Kriegspiel
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Votes pour le site!


kriegspiel

kriegspiel

Gamers'room
Votez pour ce site !



Protected by Copyscape Plagiarism Detector

Documentations front de l'Est et URSS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Documentations front de l'Est et URSS

Message  Gueorgui Joukov le Lun 25 Fév 2013 - 14:12

C'est un documentaire russe qui est sortie en 2010-2012 traduit en anglais et qui depuis est diffusé sur Military Channel et d'autres chaines historique.

1 serie: Barbarossa




2 série: Bataille de Moscou




3 série: Le siège de Leningrad




4 série: Bataille de Stalingrad




5 série: Bataille du Caucase




6 série: Bataille de Koursk




7 série: Du Dniepr jusqu’à Oder




8 série: Bagration




9 série: Bataille de Berlin




10 série: Les espions soviétiques

avatar
Gueorgui Joukov
Maréchal
Maréchal

Messages : 4005
Date d'inscription : 01/08/2011
Localisation : Stalingrad

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Carte multimédia du front de l'Est

Message  Gueorgui Joukov le Dim 10 Mar 2013 - 17:36

http://english.pobediteli.ru/
avatar
Gueorgui Joukov
Maréchal
Maréchal

Messages : 4005
Date d'inscription : 01/08/2011
Localisation : Stalingrad

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Les enfants des hauts dirigeants soviétiques qui ont combattu et sont morts lors de la seconde guerre mondiale

Message  Gueorgui Joukov le Dim 17 Mar 2013 - 15:32

Ont combattu et sont morts les enfants de Staline et d'autres dirigeants soviétiques

Basé sur les précédentes brillantes et rapides réussites des armes allemandes (en quelques jours ont été pris le Danemark, la Norvège, la France, la Pologne, la Tchéquie, Pays-Bas, Belgique, Grèce etc..) le plan de la guerre du Troisième Reich victorieux contre l'Union soviétique "Barbarossa Opération" prévoyais une compagne militaire rapide (Moscou devait être prise le 25 Août 1941.) comme la principale condition de la victoire ...

Selon le plan «Barbarossa» il faisait encore nuit, juste avant l'aube du Juin 22, 1941 dés aérodromes allemands s’est levé l’armada de bombardiers qui ont traversé les frontières de l'Etat soviétique, et précipité sa cargaison mortelle sur les installations militaires et les villes, près de la frontière ainsi qu’au cœur du pays , sur les points stratégiques près de la frontière ont été tiré des tirs d'artillerie, de la Baltique à la mer Noire, les divisions blindées ont fait mouvement vers l’avant ...

La bataille pour son pays avec les envahisseurs nazis en URSS est devenue la guerre du peuple et à l'avant et à l'arrière. «Blitzkrieg» inhérent dans le plan «Barbarossa» n'a pas fonctionné ...

Les masses de gens en tant que bénévoles sont allés au front. Parmi eux se trouvaient les enfants des hauts dirigeants du gouvernement.
Il ne faut pas supposer que dans l'Union soviétique il n'existait pas d'élite. C'est juste que dans la réelle élite il existe le droit d’élite d’être dans les premiers rangs dans la défense du pays. Et elle ne peut pas imaginer ce qui pourrait en être autrement ...

Les fils de Staline ont combattu, Iakov, Vassili et Artyom le fils adopté. Iakov fut fait prisonnier lors la percée de l’encerclement le 25 juillet 1941 en Biélorussie. Il fut envoyé dans le camp de concentration Hammelburg puis Lübeck puis enfin Oranienburg-Sachsenhausen. En hiver 1942-1943 après la bataille de Stalingrad, les Allemands avaient proposé à Staline d’échanger son fils Iakov contre Friedrich Paulus Generalfeldmarschall, fait prisonnier à Stalingrad. Staline avait répondu : « Moi, je n’échange pas un simple soldat contre un maréchal !»
Plus tard il avait posé la question a Moltov : « Que dirons-nous à des centaines de milliers de familles qui ont des proches fait prisonniers ? »
Le 14 mars 1943 il a été tué lors de la tentative de fuir le camp de concentration Oranienburg-Sachsenhausen.



Iakov et Vassili

A combattu Timur Frunze, il a été élevé dans la famille de Kliment Vorochilov.

Souvent invité chez Vorochilov, le fils de sa sœur Nikolai Shcherbakov il a combattu et mort.

A combattu et mort le fils de Leonid Khrouchtchev, Leonid.

Ont combattu les trois fils de Stepan Mikoyan, Vladimir et Alex. Vladimir a été tué à l’âge de 18 ans.

Le quatrième fils de Mikoyan Ivan, qui ne pouvait pas se battre a cause son enfance, était un mécanicien, mécanicien dans le régiment ou ses frères pilotes ont combattu ...

Dans la guerre avec l'Allemagne nazie ont participé toutes les classes et couches sociales, et ce fut la principale unité à l'échelle nationale de la victoire sur l'ennemi ...
avatar
Gueorgui Joukov
Maréchal
Maréchal

Messages : 4005
Date d'inscription : 01/08/2011
Localisation : Stalingrad

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Organisation de l'infanterie soviétique 1941-1944

Message  Gueorgui Joukov le Ven 22 Mar 2013 - 9:50

Un bilan catastrophique

Les combats de 1941 causèrent des dégâts colossaux dans les rangs soviétiques. Outre les pertes humaines énormes, l'occupation de centres sidérurgiques, de charbonnages et pétrolifères, il perdirent de nombreuses manufactures et centres d'approvisionnement qui tombèrent aux mains des allemands lors de leur avance. Cette situation très préoccupante força le commandement soviétique à réexaminer les besoins en équipement de leur unité standard, c'est à dire: la division de fusiliers. Ceci en tenant compte des besoins tactiques, de la capacité de production des industries soviétiques encore en état de fonctionner, mais surtout des restrictions en approvisionnement. En décembre 1941, il ne reste que 80 divisions à l'Armée Rouge pour tenter d'endiguer l'irrésistible poussée allemande. 124 divisions ont fondu dans la tourmente comme neige au soleil en à peine six mois. Il faut d'urgence une réorganisation complète de l'armée soviétique. La division de fusiliers motorisés (DFM) prévue en complément de l'action des divisions blindées dans le corps mécanisé n'est jusqu'alors qu'un concept, jamais entièrement mis sur pied. La plupart de ces unités en cours de formation furent dissoutes ou ne portaient de "motorisé" que le nom. Pourtant en face, son équivalent: la Panzergrenadiere Division fonctionne plutôt bien... Une seule de ces unités, la 1ère division indépendante de fusiliers motorisés de Moscou fut maintenue en service actif, principalement grâce aux bons résultats qu'elle obtint sur le terrain. Déjà en juillet 1941, alors que la grande bataille d'encerclement faisait des ravages dans les rangs russes, une première réorganisation s'était avérée nécessaire pour pallier dans l'urgence aux pertes en hommes et en matériels. Les divisions se virent affecter un effectif plus restreint d'environ 3500 hommes qui en complément d'une mobilisation féroce permit d'aligner en décembre 1941, 286 nouvelles divisions dont 24 issues des volontaires du peuple, composés de civils avec peu ou pas d'uniformes et pourvues d'armes légères. 22 autres divisions de piètre qualité étaient nées de l'absorption d'hommes et de femmes appartenant à l'origine à toutes les branches de service et sans connaissance précise du combat d'infanterie. Celles-ci étaient bien entendu sous entrainées, très mal équipées et sous alimentées. La division dans son nouveau format perdait également la majeure partie de son artillerie, de ses camions. Les effectifs d'entrée de guerre reçoivent donc des coupes sombres et leur équilibre original ne sera pas rétabli avant l'hiver 44-45. Quoiqu'il en soit l'Armée rouge s'accroche désespérément à son territoire, stabilise tant bien que mal le front pendant l'hiver 41-42, alors que les allemands sont aux portes de Léningrad et de Moscou.

Restructuration et modernisation des équipements.

En ce qui concerne l'armement, une des plus remarquable différence entre l'Armée rouge et l'armée allemande se trouvait dans la proportion d'armements légers automatiques. Durant la guerre, l'Union Soviétique a produit 18,3 millions de fusils et de pistolets mitrailleurs dont 6,1 millions de PM (34%). Les allemands produisirent 11,6 millions d'armes légères dont seulement 1,2 millions furent des pistolets mitrailleurs (11%). La préférence des russes dans ce type d'armes trouve deux explications. Premièrement, un PPSH 41 ou plus encore 43 était plus facile et moins cher à produire qu'un fusil qui nécessitait de longs canons et des machines de précisions. Ces armes utilisaient de plus de la munition de petit calibre pour pistolet qui elle aussi revenait moins cher puisqu'elle consommait moins de poudre et de laiton dans sa conception. L'autre raison tient dans l'entrainement. Le tir au fusil pour être efficace et bien maitrisé requiert un entrainement fréquent et assez long. Hors, la notion "temps" était bien le facteur le plus préoccupant pour les russes. L'apprentissage rapide du tir au pistolet mitrailleur ainsi que sa précision toute relative permettait de gagner ce temps. L'ennui c'est qu' une telle arme ne valait qu'en combat rapproché où la maîtrise des savoir-faire tactiques prend toute sa dimension...Les allemands comprirent vite l'intérêt d'une arme telle que le PPSH 41. Nombreux furent les soldats qui échangèrent leur Mauser 98K contre un PM de prise. (Il est à noter qu'à l'inverse dans les unités d'éclaireurs russes, il était monnaie courante de rencontrer des MP38 ou 40 allemands car ils avaient la réputation d'être plus compacts et plus légers que le lourd PPSH!).
La distribution des armes légères dépendaient du type de l'unité d'infanterie. Une compagnie basique d'infanterie au milieu du conflit comptait trois sections de fusiliers et une section de mitrailleurs, ce qui représentait 3 mitrailleuses lourdes Maxim à refroidissement à eau, 9 fusils mitrailleurs DP28, 85 fusils ou carabines, 12 pistolets mitrailleurs et huit pistolets. Officiellement, un groupe d'infanterie de neuf hommes ne pouvait compter qu'un seul PPSH, confié au sergent, chef de groupe. Il avait aussi une équipe DP 28 et comptait sept fusils. Ainsi en 1943, le groupe basique soviétique n'apparait pas très différent de son homologue allemand, avec peu de PM et la présence prépondérante de fusils. Mais avec la réapparition du concept des unités de fusiliers motorisés en accompagnement d'unités blindées, les hommes sont équipés de préférence de PPSH, plus maniable et moins encombrant. Ainsi une compagnie de fusiliers motorisés compte toujours 9 FM DP 28, mais plus que 27 fusils et carabines, 5 pistolets et 57 PPSH. Chez les unités de fusiliers motorisés, devenues les troupes de choc de l'infanterie russe, la majorité des hommes étaient dotés d'armes à fonctionnement automatique ou semi-automatique (SVT40). Mais en dépit de leur nom, elles ne disposaient que de peu de véhicules et étaient bien souvent transportées agrippées sur les plages arrières des chars (technique d'assaut appelée "Tankoviy desant" par les soviétiques). Un autre type d'unité fut abondamment équipée d'armement automatique : Les régiments de la Garde, héritiers des coutumes militaires de l'époque tsariste. Ces troupes d'élites étaient mieux armées, équipées, habillées et mieux rétribuées que les unités de type "Konscript" (appelées). Malgré les difficultés d'approvisionnement, les divisions de la Garde collèrent toujours au plus près des dotations théoriques en équipement et ce, pendant toute la durée du conflit. L'Union soviétique a donc clairement fait le choix de la puissance de feu au détriment des moyens de transport. Elle est en effet, le seul grand pays européen qui ne se soit pas doté de transports de troupes blindés afin de protéger ses soldats de la "ferraille" du champ de bataille. Les raisons de ce choix tiennent de la doctrine d'emploi des forces soviétiques mais aussi des contraintes de production, car la priorité fut donnée à la production de chars, toujours plus performants et à leur maintenance. Il faudra attendre la victoire finale pour voir se développer une mécanisation effective de leur infanterie. En revanche, l'armée rouge développa plus d'armes antichars que la plupart des autres belligérants. A partir de 1941, il inclurent une section de fusils antichars par bataillon (le PTRD ou PTRS en 14,5mm). Chaque régiment motorisé reçut une compagnie à 24 fusils antichars. Mais, ces armes efficaces au tout début du conflit contre certains blindés légers, furent obsolètes dès la fin de 1942. Une étude fut menée pour créer un armement avec roquette auto-propulsée similaire au Panzerfaust, mais ce fut un échec. Ils s'en remirent alors à l'utilisation principale de grenades ou de mines anti-chars ou encore de l'utilisation de Panzerfaust de prise. Les russes purent par contre développer la terrifiante roquette d'artillerie "Katyushas" qui leur procura un appui-feu dans la profondeur considérable. C'est seulement entre 1944 et 45 que les russes commencèrent à produire le RPG-1, qui était de toute évidence une copie du Panzerfaust. Chaque Régiment de fusiliers était aussi doté d'une batterie antichar avec canons de 45mm, assez inefficace dans l'ensemble également. Enfin, la reconnaissance et le renseignement eurent une place de choix dans l'Armée Rouge. Les scouts ou "Razvedchiki" étaient eux aussi considérés comme troupe d'élite. Chaque régiment de fusiliers comprenait une compagnie de scouts et les divisions, un bataillon.Ces troupes étaient toujours considérées comme les meilleures au sein des unités. Bien armées, elles étaient souvent vêtues de tenue camouflées et étaient mieux nourries.
avatar
Gueorgui Joukov
Maréchal
Maréchal

Messages : 4005
Date d'inscription : 01/08/2011
Localisation : Stalingrad

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Opération de Sakhaline du Sud

Message  Gueorgui Joukov le Lun 15 Avr 2013 - 21:19

Ici je vais vous parler de l'opération soviétique très détaillé qui avait pour but de libérer la partie sud de l’île des troupes japonaises. Je pense que vous en pourrez pas trouver d'informations plus précises que celle la sur les combats a Sakhaline en 1945. Bonne lecture a vous.

Sakhaline du Sud (en japonais - Karafuto , la région - 36 km ², la population - environ 400 000 personnes) été défendue par le 88e Division d'infanterie japonaise (trois régiments d'infanterie et un régiment d'artillerie.) Il n'y avait pas de forces blindés, aériennes et marines japonaises dans le sud de Sakhaline en Août 1945.



La frontière terrestre entre l'URSS et le Japon à Sakhaline (longueur 140 km) été défendue par le 125 régiment d'infanterie japonais, 8 bataillons de Rikusentai soutenue par une brigade d'artillerie. Dans la partie médiane de la frontière (vallée de la rivière Poronai ) se situait le Haramitogsky ( Coton ) secteur fortifiée, d'une langueur de 12 km, qui avait 17 bunkers et plus de 100 casemates . Les deux autres régiments d'infanterie et de l'artillerie de la 88eme division japonaise, les bataillons de civiles, la police ainsi les Rikusentai se situaient à la pointe Sud de Sakhaline.



Le commandement soviétique du 2ème front d'Extrême-Orient (général d'armée Purkayev ) a fourni pour la prise du sud de Sakhaline le 56eme corps de fusiliers (major-général Dyakonov), composé de la 79eme Division d'Infanterie, la 214e Brigade blindés, deux bataillons blindés indépendants, deux régiments d'artillerie, soutenus par la 255eme Division aérienne. Le corps se basait dans la partie soviétique de Sakhaline, près de la frontière terrestre.



Le 56e corps d'armée soviétique passa a l'offensive à 10 heures le 11 août 1945 , ayant pour mission de percer secteur fortifié japonais et pas plus plus tard que le Août 12 s'emparer de la ville Sikuka (à l'embouchure de la rivière Poronai ,90 km au sud de la frontière aujourd'hui Poronaisk .)



À la fin du 13 Août les éléments du 56e corps d'armée ont réussi à surmonter la première ligne de défense du secteur fortifié japonais et se sont approchés de très prés de sa principale ligne défensif. La tentative de la 214e Brigade blindé soviétique de percer la défense japonaise du premier élan, n'avait pas de succès.



Le 14 et 15 août , le 56eme corps se préparé à la percée du secteur fortifié, la division d'artillerie et la 2e Brigade d'infanterie (de la réserve de la 16eme l'armée) venaient en renfort.



Le 16 août, après un puissant bombardement d'artillerie, l'attaque de l'infanterie soviétique fut jeté sur le secteur fortifié japonais (79e division d'infanterie), puis les chars (214e Brigade blindée). En conséquence, les troupes soviétiques ont réussi à surmonter la résistance opiniâtre du 125ème régiment d'infanterie japonais, qui défendait le secteur fortifiée.



Le 19 Août, après 9 jours de combats, les troupes soviétiques ont définitivement capturé le secteur fortifié japonais et ont occupé la ville Kiton (a 25 km au sud de la frontière aujourd'hui Smyrnikh). Les pertes du 56 Corps: 730 morts et 44 disparus. Les pertes japonaises: 2 100 tués et 3 300 prisonniers.



Le 20 août les éléments du 56 corps (détachement mobile, 214ème Brigade blindée et des unités de la Division d'Infanterie 79e, commandée par le major-général Alimov) ont finalement accompli la tâche la tache qui leur a été confié: ont occupé la ville Sikuka ( Poronaisk ). 8 Jours après la date imposé par le commandement.



En raison du retard du 56eme corps lors la percée du secteur fortifié japonais, le commandement du 2eme Front d'Extrême-Orient a ordonné seulement le 15 août aux marines de débarquer sur la côte ouest au sud de Sakhaline (alors que le Commandement de la flottille pacifique a insisté sur débarquement des marines le 11 Août ). Pour le débarquement ont été fournis le bataillon 365e d'infanterie de marine indépendant et un bataillon de la 113e brigade de fusiliers (de la base navale Sovgavanskoy).



Le 16 août, ces forces ont débarqué dans le port de Toro (100 km au sud de la frontière aujourd'hui Shakhtersk ). Il n'y avait pas de forces japonaises dans cette région (seulement quelques dizaines de réservistes, qui se sont rendus sans combattre en captivité soviétique), et le lendemain les marines ont pris sans résistance plusieurs villages japonais ainsi que le port voisin Esutoru (maintenant - Uglegorsk). Cependant, en raison de la mauvaise coordination entre le détachement marins et l'aviation soviétique, les sturmovik IL-2 ont attaqué les marines soviétique, causant des pertes.



Le 20 août avait débarqué le détachement marin soviétique à Port Maoka (maintenant - Kholmsk ) dans le sud-ouest de Sakhaline. La composition du détachement: 1 bataillon de marins consolidé et la 113e brigade d'infanterie (sans un bataillon). Dans le secteur Maoka stationnaient deux bataillons du 25e régiment d'infanterie japonaise (88eme division d'infanterie). Les forces du détachement , appuyé par l'aviation soviétiques, se battaient contre le régiment japonais jusqu'au 23 Août (qui fut la dernière bataille dans le sud de Sakhaline). Perte de la brigade 113e dans les batailles étaient de 219 personnes tuées et 680 blessées.



22 août le détachement mobile du 56eme corps soviétique sans combat a pris Siritori (maintenant Makarov), a 70 km sud de Sikuka ( Poronaisk ), sur la côte orientale de l'île de Sakhaline. Une partie des forces mobiles est allé plus loin vers le sud, et le 25 Août, 1945 les unités de la 79e Division d'infanterie sans combat ont occupé le centre administratif de Karafuto (sud de Sakhaline) - Toehara (maintenant - Yuzhno-Sakhalinsk ).



Le même jour, le août 25, la marine soviétique (trois bataillons d'infanterie de marine combiné) et une partie de la 113e brigade d'infanterie (traversa par la voie terrestre à partir Maoka ) sans combat a pris le port Otomari (maintenant Korsakov), dans le sud de Sakhaline. Ainsi s'est entièrement achevée la capture du Sud de Sakhaline.



En conséquence, dans le sud de Sakhaline par les troupes soviétiques ont été faits prisonniers 18.320 soldats et officiers de la 88e division d'infanterie japonaise. Comme trophées ont été pris 71 canons et mortiers, 2.000 chevaux.

avatar
Gueorgui Joukov
Maréchal
Maréchal

Messages : 4005
Date d'inscription : 01/08/2011
Localisation : Stalingrad

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Préfecture de Karafuto

Message  Gueorgui Joukov le Jeu 2 Mai 2013 - 17:30

La préfecture de Karafuto (樺太庁, Karafuto-chō?), aussi appelée Sakhaline du Sud, est une ancienne division administrative japonaise qui exista sur l'île de Sakhaline de 1905 à 1945. À la suite du traité de Portsmouth qui mettait fin à la guerre russo-japonaise (1904-05), la partie de Sakhaline située sous le 50e parallèle nord devint une colonie japonaise. En 1907, la préfecture de Karafuto fut établie avec pour première capitale Ōtomari (大泊, aujourd'hui Korsakov) en 1905 puis Toyahara (aujourd'hui Ioujno-Sakhalinsk) en 1907. En 1945, à la suite de la défaite du Japon pendant la Seconde Guerre mondiale, l'administration japonaise de Karafuto cessa d'exister et, depuis 1951, la partie sud de Sakhaline est intégrée au territoire russe.

Histoire

Les premiers établissements japonais dans l'îles datent au plus tard de l'époque Edo (1603-1868). La ville d'Ōtomari fut fondée en 1679 et des cartographes du domaine de Matsumae réalisèrent une carte de l'île qu'ils nommèrent “Kita-Ezo”. L'explorateur et cartographe japonais Rinzō Mamiya prouva que Sakhaline était une île avec sa découverte du détroit de Mamiya (aujourd'hui appelé détroit de Tartarie) en 1809. Le Japon proclama unilatéralement sa souveraineté sur l'île entière en 1845, ignorant alors les révendications de l'empire russe.
En 1855, le traité de Shimoda reconnu que les deux pays (Russie et Japon) avaient chacun le droit d'occuper Sakhaline mais sans définir une ligne de démarcation précise. Cette ambiguïté amena des tensions entre les colons qui commençèrent à s'installer sur l'île dans les années 1860. Le shogunat Tokugawa tenta alors d'acheter l'île mais l'empire russe refusa et le nouveau gouvernement de Meiji fut incapable de négocier une partition de l'île en territoire distincts.
Avec le traité de Saint-Pétersbourg de 1875, le Japon acceptait d'abandonner ses révendications sur Sakhaline en échange de la propriété incontestée des îles Kouriles.
L'île de Sakhaline fut envahie par le Japon vers la fin de la guerre russo-japonaise en 1905 mais le traité de Portsmouth qui mit fin au conflit ne l'autorisait qu'à conserver la partie sud de l'île, sous le 50e parallèle nord. La Russie conservait la partie nord bien que les Japonais reçurent en échange d'avantageux droits commerciaux comme la possibilité de pêcher et d'exploiter les ressources minières de la partie nord.
En 1907, la préfecture de Karafuto fut officiellement établie, avec pour capitale Ōtomari. En 1908, la capitale fut déplacée à Toyohara.
Suite à l'incident de Nikolaïevsk en 1920, le Japon occupa brièvement la moitié nord de l'île, jusqu'à l'établissement de relations diplomatiques officielles avec la toute nouvelle Union soviétique en 1925. Cependant, le Japon continua de maintenir des concessions sur le charbon et le pétrole dans la partie nord jusqu'en 1944. En 1920, Karafuto devint officiellement un territoire outre-mer du Japon et son administration et développement furent régies par le ministère japonais des Affaires coloniales.
En 1942, Karafuto devint une partie intégrante du territoire japonais (内地 naichi).


Administration

Karafuto fut administré à partir du gouvernement central à Tokyo par le département de la colonisation du ministère des Affaires intérieures. Le département de la colonisaion devint le ministère des Affaires coloniales (拓務省, Takumushō?) en 1923 au moment où Karafuto fut officiellement désigné comme territoire d'outre-mer de l'empire du Japon.
Lorsque le ministère des Affaires coloniales fut absorbé par le ministère de la Grande Asie orientale en 1942, l'administration de Karafuto fut séparé et la préfecture devint partie intégrante du territoire japonais.

Les japonais ont renommé les villes en japonais et ont développé Karafuto. Un important réseau ferroviaire fut construit pour les besoins de l'extraction minière. La société des chemins de fer de Karafuto (樺太鉄道局, Karafuto Tetsudōkyoku?) gérait 682,6 km de voie sur 4 lignes principales, plus 58,2 km sur des lignes annexes.

En 1943 La partie Sud de Sakhaline (Karafuto) devient officiellement le territoire du Japon.
En 1945 450 000 japonais vivaient dans la partie Sud de Sakhaline et 40 000 coréens.



Le musée fut construit en 1937 pas les japonais, qui existe encore aujourd'hui. Il reste encore beaucoup de monuments japonais sur l'ile qui rappel l'histoire des japonais dont certains vivent encore aujourd'hui dans la partie Sud de l'ile..

avatar
Gueorgui Joukov
Maréchal
Maréchal

Messages : 4005
Date d'inscription : 01/08/2011
Localisation : Stalingrad

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Commissaire politique

Message  Gueorgui Joukov le Lun 13 Mai 2013 - 13:00

Organisation et fonctionnement

Staline s'est servi (entre autres) des commissaires politiques pour « purger » l'Armée rouge de ses cadres jugés politiquement douteux en 1936-1938, ce qui élimina un grand nombre d'officiers compétents et contribua à ouvrir aux nazis, en 1941, la route de Léningrad, de Moscou et de Stalingrad1. En 1942, quelques-uns de ces officiers furent ramenés du Goulag au front afin de rétablir la situation.
D'octobre 1942 jusqu'à la fin de la guerre, les prérogatives des commissaires politiques sont réduites et la hiérarchie militaire reprend la conduite des opérations.
Travaillant en coordination avec le NKVD, les commissaires politiques étaient généralement attachés au niveau du bataillon. En 1937, des officiers politiques subalternes dénommés politrouk (политру́к, qui est une abréviation de « directeur politique ») pouvaient être affectés à des unités de moindre importance. En 1942 tous les commissaires politiques prennent le titre de politrouk.

A l'automne 1942 Konev en conversation avec Staline a soulevé la question de l'élimination de l'institution de commissaires militaires dans l'Armée rouge, en faisant valoir que l'institution est désormais inutile. La chose principale c'est qui est nécessaire maintenant a l'armée, c'est un seul commandement. Konev disait: «Pourquoi ai-je besoin d'un commissaire, lorsque je l'ai été moi-même! J'ai besoin d'un assistant, adjoint pour le travail politique dans l'armée, pour que je sois tranquille dans ce domaine de travail, et du reste je m'en occuperai moi même. Les commandants ont prouvé sa loyauté à la patrie et ne nécessite pas un contrôle supplémentaire, et dans l'Institut des commissaires militaires il y a un élément de méfiance envers nos commandants ". Maréchal Joukov disait: «Ils ne servent a rien ces membre du conseil militaire ... Pourquoi pourquoi ai-je besoin d'eux? Apprendre les soldats, a crier «Hourra»? Et sans eux ils crient. Il y a aucune utilité de leur part sur le front. Si au moins ils aidez a organiser les arrières. Il y aurait eu une certaine utilité de leur part ". Joukov "... a vraiment voulu retirer de l'armée les travailleurs politiques. Selon lui, ils ne font que de dégrader les forces armées. Combien de temps pouvons nous les supporter? Ou nous ne faisons pas confiance aux officiers? ". Selon le chef du Maréchal de l'Air Golovanov les mots de Konev ont fait une impression incroyable sur Staline, et il a commencé à découvrir les opinions sur la question. La majorité des chefs militaires ont soutenus Konev, et la décision du Bureau politique du l'institution de commissaires de l'armée a été simplifié.


https://fr.wikipedia.org/wiki/Commissaire_politique
avatar
Gueorgui Joukov
Maréchal
Maréchal

Messages : 4005
Date d'inscription : 01/08/2011
Localisation : Stalingrad

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Documentations front de l'Est et URSS

Message  cryx thypex le Lun 13 Mai 2013 - 19:00

j'ai fusionné tous les sujets sur l'URSS en 1 car ça commence à faire de poster un nouveau topic à chaque nouvelle info.

_________________
JEU NAVIGATEUR : http://cmc-creations.free-h.net
TUTORIAL : http://blitzkrieg.myogame.net/t773-tutorial-provisoire-et-non-complet

Admin Créateur du jeu
avatar
cryx thypex
Admin créateur
Admin créateur

Messages : 9710
Date d'inscription : 26/09/2009
Localisation : Toulon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Documentations front de l'Est et URSS

Message  Gueorgui Joukov le Lun 9 Nov 2015 - 21:45

Carte inertactive du front de l'Est http://english.pobediteli.ru/
avatar
Gueorgui Joukov
Maréchal
Maréchal

Messages : 4005
Date d'inscription : 01/08/2011
Localisation : Stalingrad

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Documentations front de l'Est et URSS

Message  Gueorgui Joukov le Sam 23 Jan 2016 - 10:49

T-34, char mythique de la Seconde Guerre mondiale

T-34 est le char de combat le plus connu de la Seconde Guerre mondiale. Sa production en série a été lancée en 1940.



Dernière édition par Gueorgui Joukov le Mer 5 Avr 2017 - 22:16, édité 1 fois
avatar
Gueorgui Joukov
Maréchal
Maréchal

Messages : 4005
Date d'inscription : 01/08/2011
Localisation : Stalingrad

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Documentations front de l'Est et URSS

Message  Gueorgui Joukov le Lun 25 Jan 2016 - 20:27

Pendant la Seconde Guerre mondiale à Mogilev.

Tomilovsky Vitaly V., sergent, escouade 885 e Régiment d'Infanterie. 26 juin sous le feu ennemi parmi les premiers traversé le Dniepr d.Polykovichi zone. Habilement organisée défense et tenu la tête de pont jusqu'à ce les autres forces que la Loisobstvoval traversant autres unités du régiment. 24/03/1945 ville -. A reçu le titre

199 e Division d'infanterie

Alexei Zakharov Nikonorovich, lieutenant, commandant de compagnie de mitrailleuses 492 e régiment d'infanterie. 26 juin entreprise a atteint le Dniepr au d.Polykovichi, traversé sur les moyens improvisés sous le feu ennemi et détenu platsdarm.27 Juin personnellement assommé réservoir. 24/03/1945 ville - a reçu le titre.

Marchands Dmitry, privé, Scout 257-ème séparée reconnaissance. Dans la nuit du 27 Juin, dans le cadre de l'une des premières sociétés forcé à nager Dniepr près d.Trebuhi et saisit une tête de pont. 24/03/1945 ville - a reçu le titre.

Michael Tereshchenko Kondratievich, lieutenant, commandant d'une compagnie d'infanterie 617 e régiment d'infanterie. 26 juin escadron traversé le Dniepr sur les moyens improvisés et capturé d.Trebuhi 12 km au nord de Mogilev. Le même jour M.Tereschenko tué au combat. 24/03/1945 ville - a été décerné à titre posthume le titre.

Shamshurin Alexander Yakovlevich, sergent, escouade 492 e Régiment d'Infanterie. 26 juin sous le feu ennemi parmi les premiers traversé le Dniepr d.Polykovichi zone et a tenu la tête de pont d'approcher les autres forces de facilité la traversée d'autres unités du régiment. 24/03/1945 ville - décerné le titre.

330 e Division d'infanterie

James F. Kosovich, lieutenant-colonel, commandant de la 1113e Régiment d'Infanterie. Passage 28 juin savamment organisée du Dniepr unités du régiment ont d.Buynichi. En temps opportun a pris des positions défensives sur la route de Minsk - Mogilev, le régiment n'a pas donné l'ennemi à sortir de l'encerclement à l'ouest. 24/03/1945 ville -. A reçu le titre

Les autres parties

Maryanovsky Moïse Froimovich, gv.kapitan, commandant adjoint Bataillon de chars de la 23e brigade gv.tankovoy. 27 juin bataillon de la rapide jet est venu sur l'autoroute Mogilev - Minsk près Kazimirovka, écrasé colonne de l'ennemi et capturé environ 300 voitures. Le lendemain, le Bataillon repoussé plusieurs contre-attaques. Le capitaine a été grièvement blessé, mais n'a pas laissé le champ de bataille. 24/03/1945 ville - a reçu le titre.

Conclusion

Au début de la guerre dans l'orientation stratégique de l'Ouest Les troupes soviétiques étaient batailles défensives extrêmement difficiles. Dans l'histoire de batailles nos troupes à l'été 1941 sont devenus une page brillante défense héroïque de Mogilev. La défense, qui était d'une grande importance pour contrecarrer les plans de l'ennemi et à jouer rôle positif important dans les développements ultérieurs sur le front occidental.

Plus de trois semaines, les troupes allemandes ne pouvaient pas prendre la ville, l'avant à cette époque, était déjà décédé à l'est, et les défenseurs de la ville contenue significative les forces ennemies, conduisant un périmètre défensif.

Pendant les 23 jours ici ont été fixés quatre infanterie allemande divisions blindées et motorisées, division SS" Reich" régiment" Grande Allemagne». De leur côté des défenseurs de coups révélateurs Mogilev infligées.

La défense de la ville à de nombreux égards contribué à 30 Juillet, 1941 , Hitler ordonna le passage du groupe d'armées «Centre» sur la défensive. Il Y Avait gagner du temps pour se préparer à la création de réserves stratégiques et en profondeur Défense dans la région de Moscou.

La défense de Mogilev en Juillet 1941, est l'un des plus batailles importantes de la phase initiale de la guerre. C..
avatar
Gueorgui Joukov
Maréchal
Maréchal

Messages : 4005
Date d'inscription : 01/08/2011
Localisation : Stalingrad

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Documentations front de l'Est et URSS

Message  Gueorgui Joukov le Ven 26 Fév 2016 - 21:15

Les sibériens se sont des russes sibériens. Comme la partie Ouest et partiellement le centre de l'URSS etait occupé par les allemands, les russes du reste du pays arrivaient sur le front russe. Ce n'est pas seulement que les russes de Sibérie mais une grande majorité des soviétiques ne se rendaient pas.

avatar
Gueorgui Joukov
Maréchal
Maréchal

Messages : 4005
Date d'inscription : 01/08/2011
Localisation : Stalingrad

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Documentations front de l'Est et URSS

Message  Gueorgui Joukov le Sam 11 Fév 2017 - 22:25

Aimeriez-vous que je vous parle de l'évolution des chars soviétiques entre 1940 et 45?
avatar
Gueorgui Joukov
Maréchal
Maréchal

Messages : 4005
Date d'inscription : 01/08/2011
Localisation : Stalingrad

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Documentations front de l'Est et URSS

Message  paulus le Dim 12 Fév 2017 - 11:29

merci pour toutes tes recherche, plus il y a de documentation mieux c'est....
avatar
paulus
Maréchal
Maréchal

Messages : 3866
Date d'inscription : 04/12/2012
Localisation : NANTES

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Documentations front de l'Est et URSS

Message  Gueorgui Joukov le Mer 5 Avr 2017 - 22:20

avatar
Gueorgui Joukov
Maréchal
Maréchal

Messages : 4005
Date d'inscription : 01/08/2011
Localisation : Stalingrad

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Documentations front de l'Est et URSS

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum