Lien vers le jeu par navigateur Kriegspiel
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Votes pour le site!


kriegspiel

kriegspiel

Gamers'room
Votez pour ce site !



Protected by Copyscape Plagiarism Detector

Le siège de Leningrad

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le siège de Leningrad

Message  Gueorgui Joukov le Jeu 13 Sep 2012 - 17:29

EN COURS DE PREPARATION

La contre-attaque soviétique à Staraya Russa, soutenu par des tirs de roquettes, a retenu l'avancé de l'armée allemande du groupe «Nord» qui foncé a
Leningrad. L’Armée rouge a gagné du temps, et il est vite devenu évident que cet avantage avait de lourdes conséquences.



La capture de Leningrad , le plus important port sur la mer Baltique, commandement allemand avait considéré comme l'un des principaux objectifs de la campagne. Actions des sous-marins et des navires soviétiques pouvait affecter approvisionnements marins en minerai suédois à l'Allemagne, neutralisant ainsi la flotte de la Baltique pour Hitler cela devenait primordiale. Dans le plan «Barbarossa» il est dit explicitement: "L'attaque sur Moscou peut commencer seulement après la prise de Leningrad et Kronstadt», et cette partie du plan n'a pas subi de modifications.



Du journal des actions militaires du 30 juin 1941: " Fhurer va envoyer les chars de l'armée "centre" sur Leningrad!"

En Juillet 1941, l'offensive allemande sur Léningrad a été arrêté à la fin du soi-disant secteur de Luga.



Système de défense avait une longueur de 175 km et une profondeur de 12 km était construite avec les mains des Leningradois et les unités de réserve dans le premier mois de la guerre.



En Août, le groupe d'armées «Nord» a reçu des tanks supplémentaires de l'Armée de groupe "Centre" et les bombardiers en piqué. Avec leurs forces les Allemands ont réussi à briser la ligne de Louga et encerclant la défense de ses troupes.



Le commandement du front de Leningrad a introduit dans la bataille les tanks lourds KV qui étaient produit ici à Leningrad, dans l'usine Kirov. KV avait une épaisseur de blindage frontal de 75 mm. Le canon anti-char allemand de 37 mm n'a jamais percé son blindage ne laissait même pas une égratignure. Pour sa invulnérabilité il a été surnommé "Gespenst" ("Ghost").



Mais le manque de carburant, pièces de rechange et le manque de préparation de l'équipage ont conduit au fait que de nombreuses machines, même pour les pannes mineures, étaient jeté sur les routes.



19 août une compagnie de KV commandé par le lieutenant Kolobanova Zénobie a pris des positions défensives en embuscade sous Krasnogvardejskiy (Gatchina). Le commandant a choisi la position sur le coté gauche de la route Carr.



Lorsque sur la route est apparu une colonne de chars allemands, Kolobanov a tiré les deux premières et les deux dernières voitures, et ensuite a détruit tous les 22 tanks allemands.



À la fin de la bataille sa compagnie a signalé la destruction de 43 chars ennemis. Après le combat de chars, sur son tank il a compté 156 hits allemands.



Après les premiers rapports du KV Hitler a insisté sur la prise de la ville, où il y a la seule usine de production de chars super-lourds.



Pourtant, pour arrêter l'avance allemande sur tous les fronts seulement avec des tanks lourds il n'était pas possible. Alors qu'un corps allemand avancé sur Krasnogvardeisk, un autre a déjà franchi Luban et Tosno. 30 août, les Allemands ont coupé la voie ferrée et autoroute reliant Leningrad avec le pays. Au nord de la ville ont approché les troupes finlandaises. Lien terrestre avec la grande terre a été interrompue.



A Leningrad, il y a eu quelques problèmes avec l'électricité. 8 septembre les Allemands sont arrivés au lac Ladoga et a pris Shlisselburg. Le blocus de Leningrad a commencé, qui a duré 882 jours - 2 ans et 5 mois.



FICHE INFORMATION: En Septembre 1941, à Leningrad, il y avait plus de 2,5 millions de personnes, dont environ 400.000 enfants. La ville est devenue le foyer de plus de 300.000 réfugiés de la région de la Baltique et les régions voisines, et les stocks de nourriture et de carburant ne restaient seulement plus que pendant 30 jours.




Les habitants de la ville étaient sous la menace de la famine. Les dirigeants du pays, conscients du danger, en Septembre 1941, ils tentaient de briser l'anneau, mais ils échouaient. Dans le domaine de Shlisselburg où la connexion Allemande est venu au lac Ladoga, sur une largeur de section étroite de 12 km dans le sol, en générale c'est la qu'ils tentaient de briser le siège de Leningrad.



Duré le mois de Septembre 1941. Le temps perdu par les troupes allemandes dans les batailles de Staraya Russa, il était impossible de le récuperer. Les tanks et les avions étaient nécessaires prés de Moscou, où se préparé l'opération pour capturer la capitale.

Du journal du commandant du groupe "Nord" Von Leeb: " 11 septembre nous gardons un manque sévère de temps, car le commandement général des troupes terrestres demande a ce que je lui confis a partir du 15 septembre 7 unités mobiles".



Unités de chars de la Wehrmacht se sont dirigés sur Moscou mais Leningrad resté toujours en état de siège. Le 11 septembre le général d'armée Joukov a été nommé commandant du Front de Leningrad. Avec lui vint, et son adjoint, le major-général Ivan Fedyuninsky.



Nomination de Joukov a parlé de l'importance que le haut commandement soviétique a donné la défense de Leningrad. Son arrivée a beaucoup inspiré les défenseurs de la ville, beaucoup de vétérans se rappellent que dans les rangs des combattants s'est renforcé la confiance que la ville sera sauvé. Joukov avec son énergie débordante a organisé l'ensemble de la défense de la ville, il misé sur l'enjeu principal, l'artillerie. Sur les abords de Leningrad en sa possession il y avait des canons de marine et côtière de la flotte de la Baltique.



Des tirs d'artillerie navale ont arrêté l'avancé allemande à 7 km de la ville.



Jusqu’à le Palais d'Hiver il resté seulement seulement 16 km. Dans le secteur de Oranienbaum sur les troupes allemandes qui avançaient, le feu s'est abattu sur eux, en provenance du Fort Krasnaya Gorka. En cas de replie il était prêt à être détruit, et les canonniers tiraient tous les munitions.



L'onde de choc des obus avait littéralement renversé les chars allemands. Les tirs de la batterie de la plage ont tracé la ligne que les Allemands n'ont jamais été en mesure de surmonter. L'avancée des troupes du général Georg von Küchler a été arrêté.



Le commandement allemand a jeté bombardiers en piqué sur la flotte de la Baltique. Dans le ciel du Cronstadt sont apparu les avions allemands. Dans la première attaque, les pilotes allemands ont largué quelques bombes sur le cuirassé soviétique "Marat". Après plusieurs attaques irrécupérables le cuirassé gisait sur le sol. Deux autres navires sont allés au fond de la mer, et les défenseurs de la ville ont immédiatement perdu 35 canons lourds.



Dans le premier mois du siège dans les rues de la ville ont été installé 1500 haut-parleurs. Réseau radio importé des informations au public sur les raids aériens et l'anxiété. Dés que la radio devenait silencieuse, commençait faire de bruit le métronome. Rythme rapide signifiait raid aérien d'avertissement, lent voulait dire calme. Le son rythmique du métronome, sous lequel coulait la vie de Leningrad, est devenu l'un des symboles du siège.



L'efficacité du bombardement allemand de Leningrad était faible. La densité de la DCA soviétique de la ville était 8 fois supérieur à celle de Berlin ou de Londres. Les projectiles super-canons allemands pressentaient beaucoup plus de danger. Sur les murs des maisons de Leningrad il y a avait des inscriptions: «Les citoyens, avec les bombardements présent ce côté de la rue est le plus dangereux."



Les allemands ne tiraient pas sur les grands immeubles , car ils servaient de bons points de référence pour l'artillerie. Toute sa puissance s'est abattu sur les ponts, les zones résidentielles et les entreprises de la ville. Dans le ciel de la ville constamment accroché les avions ennemis, qui corrigeaient les coordonnées des cibles. Le précieux monuments devaient être couvert avec des sacs de sable, mais dans la banlieue de Léningrad, de nombreux sites historiques ont été défaits et perdus à jamais. A été pillé et détruit le Palais de Catherine à Tsarskoïe Selo, le Grand Palais de Peterhof. Enlevé par les Allemands célèbre pas son caractère unique Ambre Chambre demeure introuvable jusqu’à présent.



Le 8 septembre 1941 l'objets de l'aviation d'allemand sont devenu les magasins Badaevsky - bois entreposage des aliments à Leningrad. La lueur de l'incendie a même était vu de la périphérie de la ville. De la bouche à l'oreille les leningradois transmettaient les terribles nouvelles sur le sucre brûlé des stocks et de la farine. Mais la situation était bien pire qu'ils pouvaient s'imaginer: des produits brûlés, au mieux, il y aurait assez pour une semaine, et la ville avait besoin d'un millier de tonnes de nourriture par jour. Avec les avions étaient livré à la ville pas plus de 200 tonnes par jour - 20% seulement de la quantité requise.



De la partie continentale de Leningrad séparés pas plus de 50 km de la surface de l'eau du lac Ladoga, mais mettre en place sur ce lac le ravitaillement de la ville n'était pas si facile. Le lac est connu pour ses tempêtes et les soi-disant «vagues se bousculent," particulièrement dangereux pour les petites embarcations. Pour cette raison, sous Pierre le Grand, entre le Volkhov et Neva ils ont creusé le canal.



La percée allemande sur la rive sud du lac Ladoga a interrompu le transport par rail et par canal. Les défenseurs de la ville ont dû reconstruire un quai sur la rive ouest du lac. Les premières barges été déchargés directement sur la côte non équipés juste après une semaine du début du siège. Ainsi est née la piste, appelé "La route de la vie."



Au cour du premier mois dans la ville ils ont réussi à livrer 10.000 tonnes de nourriture ce qui n'était pas suffisant même pour 10 jours. En Juillet, avec l'introduction du système de carte de travail de Leningrad, les travailleurs recevaient 800 grammes de pain par jour, et les personnes qui ne travaillaient pas - 400 grammes.



Mais au début d'Octobre, la norme a été réduite de moitié.



Et à la fin de Novembre ville s'est approché du seuil de la mort: la distribution du pain a été réduite à 250 grammes pour les travailleurs et 125 grammes pour le reste de la population.



La qualité du pain est tombé, dans la pain été ajouté la farine de mauvaise qualité, les impuretés parfois différentes, y compris la nourriture de cellulose. L'épuisement des premiers patients dans les hôpitaux est apparu au début de Novembre 1941, et à la fin du mois a Leningrad sont morts de la famine plus de 11 000 personnes.



Le froid de l'hiver 1941-1942, l'encourageant: la glace viendra et la situation d'approvisionnement s'améliorera. Mais encore une fois la nature insidieuse du lac Ladoga: il ne gèle jamais complètement, l'eau libre a brisé la glace, elle craquait. L'instabilité de la glace contraint d'abandonner la route de glace sur la plus courte distance entre les côtes est et ouest. Par ailleurs, l'artillerie allemande était situé trop près de la rive.



Le 20 novembre, lorsque l'épaisseur de la glace atteint 180 mm, sur la glace sont allés les charrettes à cheval, deux jours plus tard les voitures.



Les camions de 2 tonnes transportaient deux,trois sacs. Mais même avec un tel soin plusieurs voitures ont coulé. Les pilotes se tenaient debout sur les marches, prêt à sauter, si la voiture passe sous la glace.



Parfois, aux camions été attaché les traîneau pour prendre davantage de marchandises. La route inverse à partir de la ville été évacué les habitants.

Longueur totale de la route de la vie était d'environ 30 km.



Sur la glace la route été équipé de cantines, assistance technique, de ravitaillement en carburant et les cliniques. Selon les conditions météorologiques le chemin de la route changé.



Pour protéger la route ont été créé deux zones de défense de 8-12 km du littoral, occupées par l'ennemi. Sur la glace dans les tranchées de neige et de glace ont été installé les mitrailleuses. Les canons anti-aériens et les avions de chasse protégé la route de la vie. Mais les bombardements incessants de la route de la vie atteignaient l'objectif. Au cours de la première semaine du trafic a été perdu 52 camions. En dépit de tous les efforts pour ravitaillé la ville et effectuer l'évacuation, en Décembre 1941 à Leningrad au cause du froid et de la faim, 53 000 personnes sont mortes.



La mort subite des passants est devenu normale. Les gens marchaient, tombaient et mouraient. En Décembre, les services funèbres ramassaient quotidiennement dans les rues une centaine de cadavres. Extrait du journal d'une résidente de Leningrad Elena Skryabina Alexandrovna «Maintenant on meut si facilement. D’abord ils arrêtent de s’intéresser de tout , après ils se couchent dans le lit et ne se lèvent plus. Ils meurent comme si ils s'endorment. Et ceux qui les entourent ne leurs prêtent aucune intention" .



Pourquoi la ville ne se rende pas? Est-ce que la capitulation pouvait sauver la vie des civils? La réponse a cette question se lit clairement dans la directive d’Hitler 1601 du septembre 22, 1941: "Après la défaite de la Russie soviétique, l'existence de cette ville ne représente aucun intérêt, il est supposé d'encercler la ville et par les bombardements de l'artillerie de tous calibres et le bombardement continuel de l'air de la raser de la terre. "




Sauver les habitants de la ville ils ne pouvaient seulement en ayant brisé le siège. Leningrad n'était pas seulement une grande ville, ici se trouvaient des grandes entreprises industrielles et la base de la flotte de la Baltique. Sa perte conduirait à la perte du port de Mourmansk, à travers laquelle l'URSS a recevait les marchandises et le matériel militaire des États-Unis et le Royaume-Uni. Et, bien sûr, Leningrad restait un important centre culturel et religieux du pays, tout le peuple observait le sort de la ville, ils aidaient et les soutenaient par tous les moyens. La lutte pour Leningrad a été l'un des plus grands événements dans la Grande Guerre patriotique.



Le commandement soviétique a décidé de rompre l'encerclement par la section le plus étroite - Shlisselburgsky Sinyavinskaya-sances. Un petit secteur d'une largeur de 10 km entre les troupes des deux fronts, Leningrad et du Volkhov, ont occupés les hitlériens. Utilisant les conditions du terrain, ils ont construit ici trois puissantes lignes défensives.



Nuit pluvieuse le 20 Septembre au détachement de la Doubrovka à Moscou petit capitaine Basil Dubik sur les bateaux de pêche et des radeaux de fortune à travers le fleuve. Troopers tranquillement gravi la falaise et ont fait irruption dans les tranchées allemandes. Les Allemands ne s'attendaient pas à une attaque, et les soldats soviétiques ont rapidement pris une petite zone de la rive Neva. Bientôt, il a traversé d'autres régions et de la brigade maritime. Ce morceau de terre, appelé les soldats "Nevsky centime", est devenu l'une des légendes de la bataille de Leningrad.

Pour éliminer la tête de pont les Allemands envoyèrent deux régiments division aéroportée, transféré de l'île de Crète, qui sont immédiatement attirés dans les batailles brutales. «Il vaut mieux pour renflouer trois fois sur l'île de Crète, que de passer d'un combat sur le terrain en Russie», - dit que les parachutistes allemands. Pied ils ont échoué, mais sa taille est bientôt réduit à 2 km de long et 500 mètres de profondeur.

En Octobre Nevsky museau est resté presque le dernier espoir pour une connexion à la terre ferme. Les Allemands étaient à Moscou. Réserves pour briser le blocus était pas. De violents combats sur Nevsky correctif ne s'arrête pas, jour et nuit, tous les moins en mesure de passer sur lui des troupes supplémentaires. Balayage Springboard par les soldats allemands et soviétiques avaient littéralement mordre dans le sol.

La prochaine tentative de briser le blocus lancé en Novembre. A ce moment le taux ration de pain est tombé à 125 grammes. Sous-alimentées et les soldats. 8 novembre 1941, parlant à Munich, Hitler a dit: "Leningrad ne peut pas compter là-dessus, il tombera tôt ou tard blocus ne rompt pas n'importe Leningrad à mourir de faim...."

Au début de Novembre, avec la traite chars soviétiques Nevsky museau ont réussi à capturer les tranchées allemandes. En réponse, les Allemands transférés à la Division d'infanterie Doubrovka à Moscou. Dans les batailles de novembre qui ont été le plus violent de l'histoire du porcelet Nevsky, les forces soviétiques ont perdu plus de 5000 personnes. Ce n'est qu'à la fin, l'intensité de la lutte pour la tête de pont un peu de sommeil.

Et dans le Leningrad en Janvier 1942, décédé avant 4000 personnes par jour, certains jours - jusqu'à 7000. Le plus terrible pour le siège tout a commencé en Janvier, la première moitié du mois toute la population non active de la ville n'a pas obtenu le produit sur les cartes. La production d'électricité a diminué de 4% du niveau d'avant-guerre. De fortes gelées, atteignant jusqu'à 30 degrés, la plomberie menotté. Chauffage ne marchait pas. Bois de chauffage sont les meubles, planches de clôture et tout ce qui pouvait brûler. Extrait du journal d'Elena Alexandrovna Scriabine: "La mort est devenue un phénomène observé à chaque étape Quand vous sortez de la maison le matin, rencontré des cadavres gisant dans la ruelle de la rue cadavres se trouvent tant qu'il n'y a personne pour les enlever..."

Incroyable, mais dans ces conditions, la ville a continué à travailler. Usine Kirov, est à seulement 4 miles de l'avant, pas un jour ne s'est pas arrêté la production et la réparation de réservoirs. Arrivé que le HF semi-assemblés à tirer sur le droit ennemi de l'usine grâce au travail effectué dans les parois des failles.

L'Institut de Leningrad de cultures d'une collection unique d'échantillons de céréales et d'autres cultures. 28 membres du personnel Institut est mort pendant le siège de la faim, mais la piscine élevage, contenant plusieurs tonnes de maïs, de riz et de pommes de terre, est restée intacte.

Ce n'est que dans la seconde moitié de Février, la situation dans la ville ont commencé à changer pour le mieux. Introduit de nouvelles règles de fourniture: 500 grammes de pain pour les travailleurs, 400 -, 300 pour les employés - pour les enfants et qui ne travaillent pas. Pain presque disparu impuretés. L'approvisionnement est régulier, et sur les cartes pourraient obtenir les produits à temps et presque complètement. Février 16 pour le temps les gens furent donnés les premiers viande - viande bovine congelée et de mouton. Dans la situation alimentaire à Leningrad à un tournant.

Les tentatives pour briser le blocus à l'automne 1941 ont eu lieu mal, parce que tout le pouvoir aux dirigeants soviétiques envoyés à la défense de Moscou. Mais quand, en Janvier 1942, l'ennemi ont été chassés de la capitale, il est temps pour une opération majeure à Leningrad. Les troupes soviétiques étaient d'attaquer le flanc et l'arrière du groupe d'armées «Nord» de la banque de la rivière Volkhov.

Firebox terrain accidenté et n'est pas autorisé à utiliser un nombre important de chars. Attaque blindée était possible que le long des routes ou des talus de voies ferrées, de sorte que le résultat de la bataille était totalement dépendante de l'action de l'artillerie et de l'infanterie.

Haut remblai au village Allemands Pogost transformé en une sorte de mur de la forteresse avec des emplacements de canons fortifiées. Soldats allemands pendant le bombardement se cachaient dans des abris, après l'incendie a eu le temps de reprendre son poste de combat. Et une attaque tardive de l'infanterie soviétique a rencontré une grêle de balles. Les pertes furent énormes progrès est minime.

7 Janvier 2nd choc général de l'armée Klykova frappé la défense allemande à Luban, au sud de la ville fortifiée "goulot d'étranglement". Cependant, la première horloge trouvé des failles dans la conduite des opérations soviétiques. Touchées taux hâte désir raison dès que possible pour briser le siège de Leningrad et apporter la libération ville. Commandant de la division, le général Antyufeev écrit: «Nos troupes, brisant la rivière et l'escalade de la côte gauche, a essuyé des tirs de mitrailleuses et de mortiers lourds de l'artillerie ennemie, non seulement ne put réprimer une puissance de feu de l'ennemi, mais même pas eu le temps de passer observation plus, il y avait.. seulement un quart des munitions. " Les troupes devaient se retirer sur leurs positions initiales. Après quelques jours de l'offensive a repris, et les unités soviétiques ont réussi à passer à travers les forêts et les marécages de 30 km. Pour la jonction avec les défenseurs de Leningrad ont dû passer la même quantité.

Au cours troupes allemandes menacées environnement. Il semble que le haut commandement allemand aura la meilleure solution - donner aux troupes de se retirer. Mais Hitler a interdit retraite. Commandant du groupe d'armées «Nord» Leib von démissionné, et les choses ont pris Küchler. Il a proposé de donner à tous le pouvoir de retenir les routes et les voies ferrées. Cette solution était pour les Allemands et le salut.

En contrôlant la route, le commandement allemand pourrait exercer ses troupes et du ravitaillement de passer rapidement réserves dans les zones difficiles. En Février, l'avance soviétique arrêté, mais l'armée a continué à rester dans les positions occupées. Défendre les marais était extrêmement difficile. Tranchées remplis d'eau. Nous avons dû construire une terrasse, poser le velours côtelé. Bientôt la famine troupes.

En Mars, Hitler exigea Küchler encercler les forces soviétiques pénètrent les défenses allemandes. L'opération a été baptisée «bête sauvage». 5 divisions allemandes sur les deux côtés ont attaqué l'évasion de base, et le choc a été deuxième coupés de leurs arrières. Entre les parties et ont entouré la ligne de front est restée la largeur du couloir étroit de 1,5-2 km. Il a complètement balayer l'ennemi, de sorte qu'il a dû se déplacer que la nuit.

Les Allemands n'avaient qu'à tuer pratiquement entourée par les troupes soviétiques. Mais le premier coup est tombé sur le porcelet Nevsky. En Avril, il n'y a environ 1.000 soldats soviétiques. Quand a commencé la dérive de la glace sur la Neva, les Allemands savaient que le commandement soviétique ne va pas aider ses troupes douche pied d'artillerie. La dernière chose vu de la rive droite de la Neva, est un morceau de combinaisons de camouflage avec le mot écrit «Aide». Nevsky sou n'a été éliminé.

Dans cette situation, le commandant entouré la 2e armée de choc a été nommé le général Vlassov. Début mai, le commandement décide de retirer ses troupes de l'environnement. Le jour avant le début de l'opération de détourner les Allemands ont attaqué l'armée Vlassov l'armée de choc 2ème et bientôt complètement entourée. À grands frais pour le front réussi à percer, mais une section de 1,5 km seulement eu le temps de petites unités.

Quatre jours plus tard, la zone occupée par l'armée, et ont réduit les Allemands balayer toute la profondeur. La dernière tentative de briser a eu lieu dans la nuit dans le feu croisé des mitrailleuses et des canons allemands. Au matin du dernier passage bloquée. À la fin de Juin, le nombre d'échappés de la chaudière a atteint 10 000. Allemands ont annoncé la capture de 30.000 prisonniers.

Deux semaines plus tard, après l'élimination de la chaudière dans le village Tuhovezhi commandant du 2e Armée Shock lieutenant-général Vlassov a été capturé. Littéralement en quelques jours, le général Vlassov collaboration avec le Troisième Reich convenu. Vlasov prit bientôt le plaidoyer. Son sont l '«Appel du Comité russe pour les soldats et les commandants de l'Armée Rouge", "Lettre ouverte au général Vlassov: Pourquoi je me suis levé pour lutter contre le bolchevisme" et d'autres. Texte du discours est en fait une déclaration sur la mise en place de ROA - Russe Armée de Libération. Vlasov et a rapidement gagné la formation des unités militaires de la guerre et des immigrants russes.

L'existence et les activités de l'armée Vlassov ont conduit au fait que tous les citoyens soviétiques qui avaient servi les Allemands étaient appelés Vlasov. Mais Vlasov pas être confondue avec la Jivi soi-disant - prisonniers désarmés employés sur les tâches. Autres unités militaires de l'armée allemande des anciens citoyens de l'URSS, formé de différents groupes de nationalistes et ne fait pas partie du ROA.

En 1945, l'armée tchécoslovaque personnel Vlasov a été capturé, condamné pour trahison, dépouillé de grade militaire et condamné à mort.

Briser le siège de Leningrad, au printemps de 1942, il n'était pas possible. Lac Ladoga a commencé à faire fondre la glace. Organisé pour la route d'hiver de la vie a été recouverte d'eau. 20 avril a eu de la glace pendant environ 80 voitures. Et la route a été lavé de tout véhicule ZIS-5. Début de la navigation en eau l'été attendu avec impatience. Ports sur les rives du lac et les navires ont été menacés par les attaques allemandes de l'air et de l'eau. La navigation flux dure l'hiver et la glace en détention. Le premier navire a été en mesure d'aller sur le lac que le 22 mai. La défense aérienne du Ladoga était très efficace. Perte de la cargaison de frappes aériennes étaient inférieurs à 1% du trafic total.

Percée du siège de Leningrad est resté pour une question de vie ou de mort. La route de la vie, en travaillant à pleine capacité, ne fournir que les besoins les plus essentiels de la ville et le front de la nourriture, de munitions et de carburant. En Novembre 1942, les commandants des fronts, avec la participation de Joukov et Vorochilov en tant que représentants GQG a décidé de subir une intervention chirurgicale, "Spark". Le corridor de la ville a décidé de frapper la distance la plus courte - ". Goulet d'étranglement» à travers le

Les troupes Volkhov avant poignardé à l'extérieur, mais les forces du Front de Leningrad - à l'intérieur de la ville. L'apparition de ces deux fronts soviétiques a commencé par un barrage d'artillerie dans la matinée le 12 Janvier. Avec les dernières salves de la Neva tous Doubrovka de Moscou à Shlisselburg rempli les troupes attaquantes. Mais forçant Neva Shlisselburg échoué. Attentat déjoué sur Nevsky Porcinet, fortifié par les Allemands. Réservoirs, rotation lente des fosses de tourbe et de cratères, la cible des allemands canons anti-chars.

Cependant, le taux pour un double coup justifiée. Deux jours après les troupes des deux fronts de la bande partagée à seulement 2 km. Ils étaient les plus difficiles. Réservoirs pouvait pas soutenir les troupes, certains ont été abattus, l'autre est simplement collé. Maintenant, tout dépend des mesures prises par les régiments, les entreprises et même les pelotons d'infanterie. Général commandant Fedyuninsky allé à l'avant, se précipite, exigeant plus rapidement aller de l'avant dans le temps jusqu'à l'arrivée des réserves allemandes. Sur ses ordres ont été alloués troupes spéciales, reposé pendant la journée et a continué à se battre la nuit, ne pas donner de repos à l'ennemi.

Allemands qui occupent les routes tactiques. Discret à la guerre industrielle communautés numéro 1 et le numéro 5, par lequel la seule voie de Ladoga à Mga gare, l'ennemi transformé en forteresse. La capture de la route signifierait l'effondrement de toute la défense allemande dans le «goulot d'étranglement». Küchler confrontés au choix difficile d'espoir de se rapprocher ou s'éloigner de la réserve «goulot d'étranglement». Küchler a donné l'ordre de tenir.

Troupes avant Volkhov approché le village des travailleurs de l'Est. Prendre immédiatement la forteresse ne pouvait pas: les attaquants rencontré un feu nourri. Mais la tactique a un double coup. Quand l'Occident est venu au village du front de Léningrad, la défense allemande ne pouvait pas supporter. Küchler a d'abord été exposés aux conséquences de la sous-estimer son adversaire. Les unités allemandes sous Shlisselburg qui, hier, pouvait en toute sécurité à prendre pour Sinyavino, ont été encerclés et capturés. Vers minuit 18 Janvier 1943 sur la radio la voix dit Levitan: «Après sept jours de combats, les troupes du front de Leningrad et de Volkhov Janvier 18 relié et ainsi briser le blocus de Leningrad."

Criblé de cratères sur la terre "goulot d'étranglement" dans moins de trois semaines a été construite chemin de fer, du nom de piste Shlisselburgskaya. Il est à seulement 5 kilomètres de la ligne de front et a été sous le feu constant de l'artillerie allemande. A Leningrad enfin reçu de la nourriture et du carburant, mais la levée totale du blocus disant qu'il était trop tôt. A venir dans les réserves de l'Armée Groupe «Nord» eu le temps de prendre et de renforcer hauteur Sinyavino.

En 1944, le commandement soviétique prévu de lever complètement le blocus de Leningrad. Vaincre les défenses allemandes à Sinyavino hauteurs n'était pas possible, et la stratégie a changé. En position de départ d'une nouvelle pièce choisie offensive de terre à Oranienbaum sur le golfe de Finlande, qui n'a pas été en mesure de capturer l'Küchler troupes. Selon le plan a été déposé auprès d'une base touché au flanc et l'arrière de la Leningrad assiégée par les troupes allemandes. Général Fedyuninsky conduit l'Armée de choc 2ème, qui a été envoyé secrètement à Oranienbaum. Le plan a un énorme avantage: les actions des troupes soutenues par une forte artillerie navale et de la côte de la flotte de la Baltique. Alloué pour l'opération et des centaines de canons d'un calibre supérieur à 100 mm. Ils ont été rejoints par trois tours avec des instruments gorgé d'eau cuirassé «Marat» et batteries Fort Krasnaya Gorka.

Opérations soviétiques ont commencé le 14 Janvier 1944. Le début de l'offensive n'a pas été rapporté dans les journaux ou à la radio. Mais ceux qui ont entendu les canons de Leningrad compris qui a marqué le début des derniers jours du siège. Le succès de l'offensive, personne ne doutait. Le bruit des canons littéralement trembler la terre. Soudain, un puissant coup de poing avec une base conduit à un effondrement rapide de toute la défense allemande. Une semaine après l'opération, les forces soviétiques ont saisi trophées énormes, unis dans Ropsha. Retraite des Küchler est devenue une déroute. Avant de rouler de Leningrad. Canonnade devint plus calme, et quelques jours dans le silence tant attendu.

Pendant la période du blocus de Léningrad, selon les données officielles, plus de 642.000 personnes, selon les estimations d'autres - plus de 850 000. Seulement 3% d'entre eux ont été tués par les bombardements et les tirs, les 97% restants sont morts de faim. De Leningrad à la guerre évacué environ 1,8 million de personnes. Après la levée du siège de la ville a 560.000 habitants, est 5 fois plus petit que le début de la guerre.

Bataille pour Leningrad est devenue la plus longue défense de la plus grande ville dans l'histoire de la Seconde Guerre mondiale. Groupe d'armées «Nord» 2,5 années a été entravée par de violents combats dans les forêts et les marécages. Qui représente près d'un cinquième des forces allemandes sur le front de l'Est, il est resté très passif. Le maintien du blocus de Léningrad, le haut commandement allemand ne pouvait pas utiliser les troupes de ne pas en vertu de Moscou ou Stalingrad ou Koursk. Et loin vers le sud, dans les espaces ouverts de Kharkov à la Volga, l'Armée rouge compris une autre science dure de la guerre - les opérations tactiques de formations de manœuvre du réservoir. En 1942, le monde devait d'abord entendre et de se rappeler le nom de la ville soviétique - Stalingrad.
avatar
Gueorgui Joukov
Maréchal
Maréchal

Messages : 3964
Date d'inscription : 01/08/2011
Localisation : Stalingrad

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum