Lien vers le jeu par navigateur Kriegspiel
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Votes pour le site!


kriegspiel

kriegspiel

Gamers'room
Votez pour ce site !



Protected by Copyscape Plagiarism Detector

Petit clin d'oeil a notre ami joukov "ses femmes de l'ombre"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Petit clin d'oeil a notre ami joukov "ses femmes de l'ombre"

Message  olden le Sam 23 Avr 2016 - 7:07

Des pilores féminins en URSS en 1941

L'idée de créer un régiment entièrement composé de pilotes féminins au sein d'un domaine exclusivement réservé aux hommes remonte au 22 juin 1941 et à l'invasion du territoire soviétique par les Allemands. Le Mayor Marina Raskova, une aviatrice célèbre en URSS pour avoir établi plusieurs records de distance en 1938, usa de l'influence que lui conférait sa position au Comité de défense du peuple (GKO) et de ses relations personnelles avec Joseph Staline pour demander la formation d'unités entièrement composées de femmes. Elle s'appuyait sur des milliers de lettres envoyées par des femmes qui demandaient à s'engager dans la grande guerre patriotique. À l'origine, cependant, il n'était pas encore question de les engager au front, car le règlement de la force aérienne soviétique interdisait aux femmes de piloter des avions au combat. Les événements obligeront le haut commandement à passer outre.

Les femmes pilotes en première ligne

Leur arrivée ne fut pas spécialement appréciée des hommes. Ceux-ci les considéraient comme ayant une valeur militaire et une combativité nettement inférieures aux leurs et plusieurs chefs de patrouille se montrèrent réticents à confier leur protection à une femme. En outre, certaines se singularisaient en effectuant de manière systématique des tonneaux au-dessus du terrain à chacune de leur victoire, ce qui était formellement interdit par le règlement. Les Soviétiques, qui privilégiaient l'esprit d'équipe, voyaient d'un mauvais oeil ces actions relevant d'un individualisme mal considéré par le régime.
Les Soviétiques pratiquaient l'égalité des sexes d'une manière très formelle. Les femmes reçurent des uniformes masculins (y compris les bottes), avec l'interdiction d'y apporter la moindre retouche. Plusieurs furent mises aux arrêts pour avoir raccourci les manches ou les jambes de pantalon de leur uniforme. Bien évidemment, le rouge à lèvres et le parfum étaient totalement interdits et leur utilisation était passible de forteresse.
De leur côté, les femmes appartenant au personnel technique devaient soulever les mêmes charges que les hommes, avec un rendement identique. Si la tâche dépassait leurs capacités physiques, elles risquaient d'être accusées de sabotage...
Si les femmes pilotes démontrèrent rapidement leur pugnacité au combat et leur technicité aux commandes de leur Yak, le sentiment qu'elles inspirèrent alors à leurs équipiers mâles fut un mélange de respect et de misogynie aggravée par leurs succès. Les récompenses et les promotions furent généralement longues à venir.

Lydya Vladimirovna Litvyak

Lydya Vladimirovna Litvyak s'est engagée dans l'armée à l'âge de.. 14 ans. Elle en avait à peine 19 lors de l'attaque allemande. Alors instructrice militaire, elle se porta volontaire pour rejoindre Marina Roskova. Affectée au 586 IAP-PVO dès sa création, elle manifesta d'emblée une grande maîtrise aux commandes du nouveau chasseur Yak-1.
Litvyak, comme ses consoeurs, commença par effectuer des vols d'orientation dans le secteur de Stalingrad, recevant les félicitations de son leader pour ne jamais avoir abandonné sa formation. Lors de son troisième vol, elle partagea la destruction d'un Ju 88 avec son chef de patrouille.
Le 13 septembre 1942, Lilya effectua sa première véritable mission de guerre. Son chef de patrouille repéra une formation de Fw 190 et fonça immédiatement dessus. Au cours du combat tournoyant, Lilya se retrouva nez à nez avec un adversaire. Au dernier moment, le pilote allemand dégagea pour éviter la collision. Lilya ouvrit le feu à ce moment précis, endommageant sérieusement le Fw 190. Elle vit alors que Raisa Belyayeva, son chef d'escadrille, était dans une situation délicate, avec un Bf 109 accroché à son sillage. Elle piqua sur l'intrus, l'obligeant à abandonner sa proie et se mit à le suivre dans une série de manoeuvres désordonnées. Un bref instant, elle fut en position de tir. Ce fut suffisant. Le 109 piqua en feu vers le sol, le pilote évacuant en parachute.
On a souvent écrit que sa victime était le Leutnant Heinrich Graf von Einsiedel de la JG 3, un as aux 35 victoires. C'est, en fait, peu probable pour la bonne raison qu'Einsiedel fut tué en août 1942, donc bien avant ce combat. Les archives soviétiques mentionnent que le pilote allemand était un Major, qui après avoir été fait prisonnier, demanda à rencontrer son vainqueur. Lorsqu'on lui présenta Lilya Litvyak, il refusa d'abord de croire qu'il avait pu être abattu par une femme. Cependant, avec l'aide d'un interprète, Lilya expliqua les circonstances du combat, convainquant peu à peu le pilote allemand que, malheureusement pour sa fierté masculine, les choses s'étaient bien déroulées ainsi

Des fleurs sur les ailes

Lilya remporta une nouvelle victoire le 27 septembre en descendant un Ju 88 à moins de trente mètres de distance. À la grande exaspération de son commandant, Lilya effectuait un tonneau au-dessus du terrain à chaque victoire. Cette manifestation intempestive était formellement proscrite par le réglement de la VVS, ce qui plaçait à chaque fois Baranov dans l'embarras. En outre, Lilya manifestait un comportement très familier avec tous les membres du 73 IAP, quels que soient leur sexe, leur grade et leur fonction, ce qui agaçait profondément Baranov, qui était contraint de la réprimander de manière officielle d'une façon quasi quotidienne.
Lilya Litvyak avait une passion pour les fleurs qui remontait à sa plus tendre enfance et qui lui avait valu le surnom de « petit lys blanc ». Contrairement à une idée communément répandue, elle n'a jamais peint de lys sur son avion, pas plus que de roses pour marquer ses victoires. En revanche, entre deux alertes, elle allait fréquemment cueillir des fleurs dont elle couvrait les ailes de son avion quand elle prenait son tour d'alerte. Sur son tableau de bord, elle avait collé une carte postale représentant une rose que sa mère lui avait envoyée.

Décorées de l'Ordre de l'étoile rouge

Le 586 IAP-PVO remporta 38 victoires dans le secteur avant d'être placé sous la responsabilité de la 287 IAD, en préparation de l'offensive soviétique sur le front de Voronezh, en direction de Kharkov qui fut déclenchée le 13 janvier 1943. Elle se poursuivit jusqu'au 3 avril, les Soviétiques perdant pendant cette période 55 475 hommes tués et 98 086 blessés, 1 023 chars, 2 106 pièces d'artillerie et 307 avions.
Volant constamment dans des conditions climatiques difficiles, Lilya augmenta son score personnel d'un beau doublé contre un Ju 88 et un Fw 190 de l'escorte.
Les mérites personnels de Lilya et de Katia furent enfin reconnus en haut lieu. Le 23 février 1943, elles furent promues au rang de Mali Leytenant (sous-lieutenant) et décorées de l'Ordre de l'Étoile Rouge au terme d'une cérémonie solennelle. Par la même occasion, elles furent toutes deux nommées chefs de patrouille.

À cette époque, Lilya volait fréquemment en compagnie du Mayor Baranov, du Gvardeyski Kapitan Kaminsky et du Starshy Leytenant Solomantin. Un jour de février, ils attaquèrent ensemble une formation de douze bombardiers allemands au-dessus de Bitvy, près de Stalingrad. Baranov et Lilya se partagèrent une victoire et les efforts de leurs équipiers firent que les bombardiers se débarassèrent de leurs bombes dans la nature et firent demi-tour. Quelques minutes plus tard, les quatre pilotes se heurtèrent à dix-sept Ju 88 escortés par des Fw 190. Au cours du combat, Solomantin et Kaminsky abattirent chacun un Ju 88, pendant que Baranov et Lilya s'occupaient des chasseurs. Les trois hommes rentrèrent au terrain pour constater que Lilya n'était pas avec eux. Peu après leur atterrissage, un Yak surgit à très basse altitude, prit un peu de hauteur et exécuta un looping avant de se poser. Lilya venait de signer une nouvelle victoire.
Baranov s'arrachait les cheveux, d'autant que les autres pilotes commençaient à imiter Lilya après chaque victoire. Pour couronner le tout, celle-ci leur sautait au cou à leur descente d'avion pour les féliciter, ce qui était tout à fait contraire au règlement. Baranov ressentait un mélange d'affection et d'agacement envers la jeune femme, dont il tenait cependant les capacités techniques en très haute estime. Toutefois, il comprit vite que le comportement extraverti de Lilya aidait considérablement les pilotes masculins à évacuer le stress au retour de leurs missions et renforçait leur agressivité au combat. Pour toutes ces raisons, il ferma les yeux sur les nombreuses et « graves » entorses au règlement.

Cadeau du roi d'Angleterre

Le 19 avril, alors que les troupes soviétiques se regroupaient en vue d'une offensive sur Koursk, les bombardiers allemands furent envoyés en masse attaquer le noeud ferroviaire de Kastornaye. Malheureusement, lorsque 42 bombardiers se présentèrent au-dessus de l'objectif, le 586 IAP-PVO ne disposait que de deux Yak1-III en alerte immédiate. Le Leytenant Raisa Surnachevskaïa et le Starshy Sergeant Tamara Pamyatnykh décollèrent rapidement et parvinrent à prendre suffisamment d'altitude avant que les bombardiers aient atteint leur objectif. Les deux jeunes femmes piquèrent sur le milieu de la première section, abattant deux appareils à la première passe, puis remontèrent pour s'en prendre au second peloton. Deux autres bombardiers s'abattirent en flammes. La formation allemande éclata dans toutes les directions et aucune bombe ne tomba sur Kastornaye. Pamyatnykh fut contrainte de sauter hors de son appareil en feu et Surnachevskaïa effectua un atterrissage sur le ventre. En récompense de cet exploit, le roi d'Angleterre George VI envoya à chacune une montre gravée spécialement à leur intention.
Parmi les chefs d'escadrille du régiment se trouvait le Starshy Leytenant Raisa Belïayeva. Revenant de mission dans un avion endommagé, elle s'écrasa sur la piste. Le Yak termina sa course dans un fossé, à proximité d'une infirmerie de campagne, et prit feu. Craignant que l'appareil n'explose, des soldats se mirent à lancer de la terre sur le foyer, sans s'occuper du pilote. Le Starshy Leytenant Olga Yamtchikova, une autre chef d'escadrille, voyant que sa camarade allait brûler vive dans son appareil, se précipta sur les lieux. Elle dégaina son pistolet pour obliger les soldats à sauver Belïayeva, mais il était déjà trop tard. Le Podpolkovnik A. Gridnev, commandant le 586 IAP-PVO, fit évacuer Yamtchikova en douceur. Quelques heures plus tard, elle revint sur les lieux et demeura agenouillée devant la carcasse calcinée de l'avion jusqu'à la nuit tombée. Yamtchikova devait terminer la guerre avec 17 victoires.

La mort de Katia

Lilya, continuellement sur la brèche, se mit à changer. Tout commença le 6 mai, lorsque Baranov ne rentra pas de mission. Solomantin, élevé trois jours plus tôt à la dignité de lieutenant de la Garde et devenu Héros de l'Union Soviétique, succèda à Baranov à la tête du 73 fut aussitôt promu au grade de capitaine de la Garde.
Le 21 mai, lors d'un combat près du terrain, un râle profond rompit le silence radio. Les pilotes à l' écoute comprirent qu'il ne pouvait s'agir que de Solomantin. Lilya, en alerte, sanglée dans son avion, aperçut le Yak de Solomantin partir en abattée et exploser au contact du sol. Il fut remplacé par le Podpolkovnik Golyshev.
Lilya ne versa pas une larme, même pendant les funérailles de Solomantin. Mais, elle entra dans une profonde mélancolie. La fatigue et le stress émotionnel la rendirent nerveuse et agressive. Son changement ne passa pas inaperçu de sa hiérarchie qui consigna dans son dossier personnel le fait qu'elle aurait peut-être même perdu la foi en son parti !
Le 6 juin 1943, Lilya aperçut un ballon d'observation à une quinzaine de kilomètres à l'intérieur des lignes allemandes. Volant au ras du sol, elle dépassa son objectif pour le prendre à revers. Cet exploit la valut de recevoir l'Ordre du Drapeau Rouge.
Quelques jours plus tard, alors qu'elle conduisait une patrouille de six Yak, elle aperçut 36 bombardiers et chasseurs allemands. Elle réussit à abattre un de chaque avant d'être descendue à son tour. Blessée à nouveau à la jambe, mais aussi à l' épaule, elle ne tint pas compte de l'avis du médecin qui souhaitait la renvoyer à l'arrière.
Le 16 juillet, elle entreprit sa première mssion taran, qui consistait à percuter les avions ennemis en vol. Elle se solda par une nouvelle victoire, mais également par une nouvelle blessure à la jambe. Le 18 juillet, elle revendiqua trois chasseurs allemands.
Contrastant avec la méthode agressive et flamboyante de Lilya Lidvyak, le style du Starshy Leytenant Katia Budanova était tout en douceur et en ruse. Parce qu'elle savait attendre le bon moment et qu'elle opérait d'une manière méthodique, Katia surpassa rapidement Lilya au palmarès. Cependant, le 19 juillet 1943, elle fut attaquée par trois Bf 109 et, après en avoir descendu un, elle fut touchée à son tour. Les villageois de Novokrasnoye virent le Yak-1 plonger vers le sol, apparemment hors de contrôle. Pourtant, il redressa au ras du sol et se dirigea vers ses lignes. Juste après les avoir franchies, Katia posa son avion sur le ventre. Il glissa sur plusieurs dizaines de mètres au milieu de cratères d'obus et finit sa course dans l'un d'eux. Lorsque les villageois voulurent sortir le pilote, ils s'aperçurent qu'il était déjà mort.
Aucun document officiel ne fixe le nombre de victoires remportées par Katia Budanova, mais certaines sources l'estiment à plus de 20. La mort de Katia affecta beaucoup Lilya qui se replia encore davantage sur elle-même.

La dernière mission de Lilya

Le 28 juillet, alors qu'elle attendait le signal d'alerte dans son avion, Lilya dicta ce qui devait être sa dernière lettre à sa mère : « Je suis complètement absorbée par la vie militaire. Ce n'est pas facile pour moi de trouver même une minute pour te parler de moi, te dire que je suis toujours vivante, que je vais bien et que par dessus tout, j'aime mon pays et toi ».
Sa dernière mission se déroula le ler août 1943. Lilya et son ailier, Viktor Tabounov, à la tête d'une formation de neuf Yak-1, engagèrent le combat avec une quarantaine de chasseurs allemands. Tabounov fut le dernier à voir Lilya lorsque, poursuivant trois Bf 109, elle pénétra dans un nuage. Son corps ne fut retrouvé et identifié qu'en 1989.
Bien que proposée depuis longtemps pour être nommée Héros de l'Union Soviétique pour ses exploits pendant la bataille de Koursk, elle ne reçut cette distinction qu' à titre posthume. Mikhail Gorbatchev devait lui décerner l'Étoile d'Or en 1990.
avatar
olden
Maréchal
Maréchal

Messages : 2443
Date d'inscription : 01/07/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petit clin d'oeil a notre ami joukov "ses femmes de l'ombre"

Message  Fram le Sam 23 Avr 2016 - 8:25

Super intéressant merci, je ne connaissais pas cette histoire.
avatar
Fram
Général de brigade
Général de brigade

Messages : 979
Date d'inscription : 25/05/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petit clin d'oeil a notre ami joukov "ses femmes de l'ombre"

Message  olden le Sam 23 Avr 2016 - 8:33

J'avais trouvé un autre récit d'une femme dans l'infanterie mais j'arrive pas a retouvé le récit ,je le mettrais a la suite si je le trouve.

Je vais rajouté sur les snipers ,ils ont eu pas mal de héros guerre féminin aussi.
avatar
olden
Maréchal
Maréchal

Messages : 2443
Date d'inscription : 01/07/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petit clin d'oeil a notre ami joukov "ses femmes de l'ombre"

Message  rufiniac le Sam 23 Avr 2016 - 8:39

Merci super !
J'avais même lu un truc sur le film STALINGRAD, sous entendant que l'histoire du film était inspiré du vécu de plusieurs sniper dont certains étaient des femmes

rufiniac
Général de corps d'armée
Général de corps d'armée

Messages : 1429
Date d'inscription : 27/12/2014
Localisation : toulouse
Age : 51

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petit clin d'oeil a notre ami joukov "ses femmes de l'ombre"

Message  olden le Sam 23 Avr 2016 - 8:42



Tatiana Nikolaïevna Baramzina : (12 décembre 1919 – 5 juillet 1944) Tireur d’élite féminine. À la déclaration de la Seconde Guerre mondiale, elle suivit des cours d’infirmière puis en 1943 entra en service dans l’Armée rouge. En 1944, elle obtint son diplôme de tireur d’élite.

La même année, sur le front, elle obtint 16 victoires. Mais en raison de sa mauvaise vision, elle fut incorporée au service de transmissions. Le 5 juillet 1944, elle fut envoyée à l’arrière des positions ennemies. En mars de la même année, près du petit village de Pekaline, elle rencontra un bataillon de forces ennemies supérieures en nombre. Au cours du combat engagé contre les forces allemandes de nouveau elle reprit son fusil de tireur d’élite, elle réussit à tuer 20 soldats ennemis.

Tatiana Nikolaïevna BaramzinaTatiana Nikolaïevna Baramzina tira jusqu’à sa dernière balle. Quand les munitions furent épuisées, elle fut capturée puis torturée par les nazis, mais ils ne parvinrent pas à la faire parler. Elle fut exécutée le 5 juillet 1944. Elle totalisa 36 victoires.

Le 24 mars 1945, à titre posthume, il lui fut décerné le titre honorifique de Héros de l’Union soviétique et reçut l’Ordre de Lénine.




Roza Chanina (avril 1924 - 28 Janvier 1945) était une femme sniper de l'armée rouge.
Après des études d'enseigante, elle devient responsable d'un centre d'enfants. Le 22 Juin 1943, elle s'enrôle dans l'armée rouge où elle rejoint un centre de formation de femmes sniper.. avant d'intégrer le 184e division de fusiliers en 1944.

Elle trouva la mort au combat en Prusse-Orientale, le 28 janvier 1945. Son journal de combat et plusieurs de ses lettres ont été publiés.

Roza Chanina avait quatre frères : Mikhaïl, Fedor, Sergueï et Marat. Mikhaïl mourut au cours du siège de Léningrad en 1941, Fedor fut tué la même année pendant la bataille de Crimée et Sergueï ne revint pas non plus de la guerre. Marat fut le seul survivant.

Femmes Snipers
Yakimova Faina, Shanina Rosa et Vdovina Lidya



Lioudmila Mikhaïlovna Pavlitchenko (1916-1974)



Elle est l'une des plus célèbres tireurs d'élite de la Seconde guerre mondiale. L'élimination de 309 ennemis lui a valu d'être distinguée par le titre de Héros de l'Union soviétique.

Née à Bila Tserkva, en RSS d'Ukraine, le 12 juillet 1916, Lioudmila Pavlitchenko s'installa à Kiev avec sa famille à l'âge de 14 ans. Elle s'inscrivit dans un club de tir et devint un tireur d’élite, tout en travaillant comme ouvrière à l'usine Arsenal de Kiev.
En juin 1941, alors qu'elle étudiait l'histoire à l'Université de Kiev, l’Allemagne nazie commença à envahir le territoire soviétique. Elle fut parmi les premiers volontaires à se présenter au bureau de recrutement et demanda à combattre dans l'infanterie. Elle fut affectée à la 25e Division d’infanterie de l’Armée rouge.
Elle y devint l'une des 2 000 femmes tireurs d'élite de l'Armée rouge — dont 500 seulement étaient encore en vie à la fin de la guerre. Elle tua ses deux premiers ennemis près de Beliaïevka, avec un fusil Mosin-Nagant à répétition manuelle, équipé d’unelunette P.E. 4.
Pavlitchenko combattit pendant deux mois et demi près d’Odessa, où elle tua 187 ennemis. Lorsque les Allemands prirent le contrôle d’Odessa, son unité fut envoyée à Sébastopol, dans la péninsule de Crimée. En mai 1942, le lieutenant Pavlitchenko fut citée au Conseil de l'Armée du Sud pour avoir tué 257 soldats allemands. Son score total confirmé pendant la Seconde Guerre mondiale est de 309, y compris 36 tireurs d’élite ennemis. En juin 1942, Pavlitchenko fut blessée par un tir de mortier. En raison de sa célébrité croissante, elle fut retirée du front moins d’un mois après son rétablissement.
Après la guerre, elle acheva ses études à l'Université de Kiev et commença une carrière d'historienne. De 1945 à 1953, elle travailla comme chercheur assistant au quartier général de la Marine soviétique. Elle s'occupa ensuite activement du Comité soviétique des vétérans de guerre.



avatar
olden
Maréchal
Maréchal

Messages : 2443
Date d'inscription : 01/07/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petit clin d'oeil a notre ami joukov "ses femmes de l'ombre"

Message  Darius le Sam 23 Avr 2016 - 10:34

Je vais faire du complémentaire.

On les appelaient « les sorcières de la nuit », les Français du régiment Normandie-Niémen « les magiciennes de la nuit » et les Russes « les sœurettes ». Les escadrilles du régiment féminin étaient composées exclusivement de jeunes femmes et pourtant, elles inspiraient une peur bleue aux Allemands.



Le 46ème Régiment fut en service 27 mai 1942, le régiment des Sorcières de la nuit comptant 115 jeunes femmes de 17 à 22 ans. La première sortie a été accomplie le 12 juin. Il est devenu l’unique régiment féminin au monde de bombardiers de nuit. Le 46ème régiment aérien était commandé par Yevdokia Berchanskaya, l’unique femme décorée de l’ordre militaire de Souvorov. Le régiment a combattu sous ses ordres jusqu’à la fin de la guerre.Les avions des «sorcières» se déplaçaient en formation de trois. Deux étaient utilisés comme appât pour la surveillance allemande, et partaient dans des directions opposées pour créer la confusion, ce qui permettait au troisième d’avoir la voie libre pour bombarder.

« Pour Liouba ! », « Pour Véra ! »

Les pilotes du 46ème régiment de Taman furent décoré de l’ordre du Drapeau Rouge et de l’ordre de Souvorov ont effectué environ 24 000 missions de combat.Trente-trois jeunes femmes ont trouvé la mort dans les combats pour la patrie. Neuf pilotes se sont vu décerner le titre de Héros de l’Union soviétique.
avatar
Darius
Général de corps d'armée
Général de corps d'armée

Messages : 1469
Date d'inscription : 14/10/2009
Localisation : maison de retraite
Age : 77

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petit clin d'oeil a notre ami joukov "ses femmes de l'ombre"

Message  olden le Sam 23 Avr 2016 - 10:51



Les femmes dans la guerre: 225 000 femmes dans les différents corps de l'armée britannique ; entre 450 et 500 000 dans l'armée américaine ; 500 000 en Allemagne ; 800 000 dans l'armée soviétique.

Le fait d'avoir autant de femme a leur coté devaient rendre les soldats plus fort et courageux dans l'adversité.
avatar
olden
Maréchal
Maréchal

Messages : 2443
Date d'inscription : 01/07/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petit clin d'oeil a notre ami joukov "ses femmes de l'ombre"

Message  olden le Sam 23 Avr 2016 - 10:55

Allez une petite derniere pour la route ,celle du milieu n'a pas l'air commode !!

avatar
olden
Maréchal
Maréchal

Messages : 2443
Date d'inscription : 01/07/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petit clin d'oeil a notre ami joukov "ses femmes de l'ombre"

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum